• logo ramoneur
  • L'annuaire des ramoneurs français

  • 3685 ramoneurs référencés
    • Rechercher un ramoneur

    • Par région
    • OU par département
    • OU par code postal
  • Vous êtes un ramoneur ?

  • Pourquoi s'inscrire ?
  • Actualité ramoneur
  • Vérifiez votre présence
  • Inscription
  • Derniers inscrits
  • Mise à jour de votre fiche
  • Inscription lettre de diffusion
  • Le titre de maître ramoneur

  • Le titre de maître artisan et plus spécifiquement celui de maître ramoneur est perçu comme un gage de qualité. Il faut savoir que l'accès à ce dernier est réglementé et que le maître ramoneur doit donc répondre de différents critères pour pouvoir y prétendre.

    On peut devenir maître ramoneur via son niveau d'étude ou via son expérience professionnelle.

    LE MÉTIER DE RAMONEUR : UNE PROFESSION RÉGLEMENTÉE

    Pour rappel, le métier de ramoneur est une profession réglementée par l'article 16-I de la loi du 5 juillet 1996. Aussi, un professionnel du ramonage ne peut exercer sans diplôme. Un ramoneur quel qu'il soit, qu'il exerce dans le ramonage chaudière ou du ramonage cheminée, doit avoir obtenu un certificat d'aptitude professionnelle, un brevet d'étude professionnelle ou encore un titre de niveau égal et supérieur et ayant été homologué comme tel.

    LE TITRE DE MAITRE RAMONEUR

    La qualité de maître artisan et donc de maître ramoneur est attribuée aux titulaires d'un brevet de maîtrise ou d'un diplôme équivalent, ayant exercé durant au moins deux ans. Ce titre peut aussi être délivré à des professionnels ne détenant pas de brevet de maîtrise mais ayant exercé au moins 10 ans comme ramoneur et dont les compétences peuvent être reconnues.

    Il s'obtient auprès du président de la chambre des métiers et de l'artisanat compétente ou encore auprès de la commission régionale des qualifications.

    SE MÉFIER DES FAUX

    Aussi, le titre de maître ramoneur s'obtient de manière réglementée et il faut se méfier des faux. En effet, certains professionnels peu scrupuleux se dotent de tels titres, alors que leurs compétences n'ont pas été reconnues par les organismes compétents. La prudence est donc de mise.

    Autre d'exemple, certains professionnels se présentent en qualité de compagnons de France alors que ces derniers n'admettent pas ce métier dans leur fédération.

    Plus d'informations

    Consulter la liste exhaustive des métiers du compagnonnage.

    Consulter les informations du site de l'APCE en la matière.

    Consulter le répertoire national des certifications professionnelles.

    Aurore / ramoneur.fr